« Réinventer l’humanisme, pourquoi pas ? A condition de ne pas réécrire l’histoire »

La réécriture de l’histoire est un puissant levier politique. A Moscou, Varsovie ou Budapest, les dirigeants ne s’en privent pas, note dans sa chronique Sylvie Kauffmann, éditorialiste au « Monde ». Le procédé est tentant mais risqué. ... [Lire la suite]